Réussir sa reconversion professionnelle et changer de métier à 40 ans

Réussir sa reconversion professionnelle et changer de métier à 40 ans

Réussir sa reconversion et changer de métier n’est pas une question d’âge. Une reconversion peut se faire à n’importe quel moment. C’est surtout une question de formation. Un poste de cadre de haut niveau fait partie des métiers généralement occupés par des salariés dans la quarantaine. Ainsi, un changement d’emploi ou une reconversion peut tout à fait s’intégrer dans un plan de carrière.

Il s’avère qu’il est tout à fait possible de changer de métier à 40 ans.

Choisir de se reconvertir et de changer de travail pour changer de vie

Après des années d’activité, la quarantaine arrive, ainsi que les questionnements concernant sa vie professionnelle et ses choix de carrière. Formations, expérience professionnelle, compétences, pour nombre de personnes c’est le moment de faire un bilan professionnel, mais aussi un bilan de vie. Si votre vie et votre carrière vous conviennent, c’est parfait. Mais selon un sondage BVA, 49 % des Français envisagent une reconversion en 2021. Ainsi, près de la moitié des salariés est concernée par un projet de reconversion professionnelle.

Une reconversion peut avoir plusieurs motifs. Le premier est de sortir d’une situation professionnelle qui ne convient plus. Mais cela peut aussi être la volonté de découvrir de nouvelles possibilités pour ceux qui pensent avoir fait le tour de leur métier. Certains envisagent une reconversion pour corriger une erreur d’orientation, là où certains veulent simplement changer d’entreprise ou de secteur.

Enfin, la crise sanitaire a déclenché de nombreux projets de reconversion professionnelle.
En réalité, la quarantaine est l’âge idéal pour une reconversion. On a l’expérience, mais aussi la motivation. De plus, la reconversion peut passer par une formation financée par Pôle emploi.

Comment préparer une reconversion professionnelle à la quarantaine ?

Une reconversion se prépare avec soin, étape par étape. En tout premier, il faut s’interroger sur ses choix de vie, et de travail. Mais il faut aussi s’interroger sur les raisons qui poussent à envisager une reconversion professionnelle. Ensuite, il faut faire un bilan de sa carrière professionnelle, mais aussi de ses compétences et de l’expérience acquise durant sa vie professionnelle.

Il ne faut pas non plus hésiter à passer des tests, et notamment des tests d’orientation ou de motivation.

L’idéal est de démarrer son projet de reconversion par un bilan de compétences. Ce bilan, réalisé avec un organisme de formation agréé, permet de faire un point objectif de la situation professionnelle, des motivations et des compétences professionnelles d’un salarié ou d’un cadre. De plus, le bilan de compétences peut être financé par le compte personnel de formation (CPF). Enfin, il est tout à fait possible de quitter son CDI pour une reconversion professionnelle.

Étape par étape : la préparation d’une reconversion professionnelle réussie à la quarantaine

L’idéal est de commencer par un bilan de compétences, cela va permettre de baliser les étapes. À défaut, l’idéal est de faire une liste des choses à accomplir dans le cadre de cette reconversion. Cela permet de cocher les étapes au fur et à mesure qu’elles sont accomplies.

Faire une liste des secteurs et métiers qui recrutent

Réussir sa reconversion professionnelle signifie embrasser un métier épanouissant permettant de concilier le travail avec la vie privée. Mais cela ne signifie pas rester sans emploi. Il faut donc lister les métiers qui recrutent. L’artisanat recrute, tout comme l’informatique, le commerce et le secteur de l’aide et des services à la personne.

Si certaines professions nécessitent une formation complémentaire, voire des études complètes, d’autres sont directement accessibles sans diplôme voire sans bac. Certes, il faut bien choisir la formation à faire pour réussir sa reconversion professionnelle.

Financer sa reconversion professionnelle : les différentes possibilités

Il existe différentes façons de financer son projet de reconversion. En premier lieu, il y a la mobilisation du compte personnel de formation (CPF). Par ce biais, le candidat à la reconversion peut compléter sa formation professionnelle. Ce système est précieux, notamment lorsque le candidat à la reconversion est désireux d’intégrer une profession protégée et qu’il lui manque un diplôme ou une certification. Dans ce cas, une validation des acquis de l’expérience (VAE) peut donner directement accès à la profession visée.

Le projet de transition professionnelle (PTP) mis en place en 2019 est la suite du congé individuel de formation (CIF). Cette procédure consiste à entreprendre une formation aux fins de procéder à une reconversion professionnelle. Durant cette période de formation, le salarié garde sa rémunération. On peut aussi citer alternance Pro, qui est un dispositif permettant d’assurer sa reconversion professionnelle par la voie de la formation en alternance. Enfin, il y a le plan d’augmentation des compétences de l’entreprise, qui permet lui aussi de faire financer sa formation professionnelle. Il faut savoir que Pôle emploi est susceptible de financer des formations.

Savoir éviter les écueils dans le cadre d’une reconversion professionnelle

Un projet de reconversion professionnelle peut se heurter à certains écueils. Il ne faut pas se leurrer. En effet, toute nouvelle carrière ou tout changement de mode de vie va demander une période d’adaptation. Certes, si les formations ont été bien choisies, et le projet bien étudié, la plupart des obstacles sont évitables.

Éviter les difficultés lorsqu’on a choisi de changer de métier à 40 ans : l’anticipation du changement

Les difficultés rencontrées lorsqu’on a choisi de changer de métier à 40 ans ne sont pas liées à l’âge. L’âge n’a aucun impact sur une reconversion professionnelle. Les difficultés sont en général de deux ordres : le manque de préparation du projet et le fait de mal évaluer les conséquences de la situation.

En effet, il faut du temps pour penser et mûrir un projet de reconversion. Surtout, il faut se faire accompagner par un professionnel. Il faut également être conscient qu’une reconversion professionnelle demande une très forte implication et qu’elle va avoir un impact sur la vie de famille.

Enfin, il ne faut pas considérer que le changement d’orientation professionnelle va résoudre tous vos problèmes. La reconversion est un choix d’un nouveau mode de travail, voire d’un nouveau mode de vie, mais ce n’est pas la panacée.

La durée d’une reconversion professionnelle pour un quadragénaire

Selon des études menées par des instituts spécialisés, on estime que la durée moyenne d’une reconversion professionnelle est de 9 mois à un an. Bien entendu, cela dépend de la profession visée et des formations à entreprendre pour pouvoir embrasser la nouvelle profession. C’est une moyenne qui prend en considération l’intégralité des reconversions professionnelles.